Depuis 2 ans, j’ai (Marion, co-fondatrice de Chouette Impact) découvert le voyage à vélo et je ne me vois plus faire autrement ! Cette année, nous avons voulu visiter la Toscane à vélo, en cyclotourisme. La recherche d’informations et de retours d’expérience a été difficile, d’où ma volonté de vous partager notre voyage par ici !

Vous souhaitez organiser un moment d’échanges autour du voyage responsable ? Contactez-nous pour en discuter ! Vous pouvez aussi découvrir notre escape game mission zero impact sur le même sujet.

Nous sommes partis du 3 au 17 octobre 2021. Nous n’avons eu aucune pluie en journée pendant ces 2 semaines, mais très froid, avec des températures souvent inférieures à 10° la journée et 5° la nuit. Concernant les paysages, nous n’y étions pas à la meilleure saison (à part pour les vignes) : tous les champs avaient été labourés et c’était donc surtout des mottes de terre. Je pense que le meilleur moment pour y aller est le mois de juin.

Un paysage typique entre Montecatini et Volterra en automne

1. L’itinéraire de la Toscane à vélo

Pour profiter du voyage sans trop souffrir, je conseille de le faire avec une bonne condition physique. De notre côté, nous faisons du vélo et du sport quasiment tous les jours, sans pour autant être très sportifs. L’itinéraire est adapté à notre niveau.

Autour de Sienne

Jour 1-3 : Nous avons commencé par visiter Florence et Pise, en allant d’une ville à l’autre en train.

Jour 4 : Pise-Cecina en train, puis Cecina- Montecatini – Volterra en vélo (en tournant au niveau du casino di Terra) 43km, 1100m D+. On a pris l’un des trajets les moins pentus pour monter à Montecatini, et c’était pourtant une étape très difficile. La route commence par une piste avant de se terminer en chemin de VTT. L’arrivée à Volterra est vraiment désagréable, avec beaucoup de voitures. Nuit au camping de Volterra.

Jour 5 : Volterra – San Gimignano 36km, 630m D+. Encore des pistes et une belle côte. L’arrivée est magnifique. Nuit au camping de San Gimignano. Le chemin qui y mène offre une vue magnifique sur la ville et les vignes. À faire même si vous ne dormez pas là bas.

Jour 6 : San Gimignano – Colle di Val d’Elsa – Monterrigioni – Sienne 38km 530m D+. Le sandwich du Bar dell’Orso était le meilleur de notre séjour. Nuit au camping de Sienne.

Jour 7 : Journée à Sienne.

Jour 8 : Sienne – les Crêtes – Asciano – Abbazia Monte Oliveto Maggiore – San Giovanni d’Asso : 45km, 830m D+. Une très belle journée. Camping à San Giovanni d’Asso, très fortement déconseillé.

Jour 9 : San Giovanni d’Asso – Pienza – Montepulciano – San Quirico D’Orcia 55km, 850m D+: coup de coeur pour la vue depuis Montepulciano et le café/goûter au Caffè Poliziano. Nuit à l’Antica Sosta très bien.

Jour 10 : San Quirico D’Orcia – Bagno Vignoni – Castiglione d’Orcia – Abbazia di Sant’Antimo – Montalcino : 37km, 900m D+ : la plus belle journée. Les routes offrent de superbes points de vue. Nuit à Il Sogno del Musicista très bien.

Jour 11 : Montalcino – Buenconvento – Monteroni d’Alba – Sienne 50km, 450m D+ : à éviter à vélo, route très peu agréable.

Jour 12 : Sienne – Castiglione in Chianti – Strada in Chianti 45km 700m D+. Beaux paysages sur les vignes. Nuit à Casprini da Omera, à éviter.

Jour 13 : Strada in Chianti – Florence 15km 200m D+. L’arrivée à Florence est superbe.

L’abbaye di San’Antimo

2. Le matériel pour du cyclotourisme en Toscane

Au niveau du matériel, nous avions des sacoches à l’arrière avec un bon porte-bagage et des vélos révisés. Nous avons suivi scrupuleusement la liste juste ici pour ne rien oublier. Cette année je voulais absolument voyager léger, j’avais donc à peine 5 t-shirts, un seul pull et un seul pantalon. Objectif réussi, mes sacoches étaient à moitié vides !

San Gimignano
San Gimignano depuis le chemin du camping

3. Nos conseils pratiques

Trouver une bonne carte a fait partie de nos grandes galères. Après en avoir acheté 4 différentes, on a découvert le lot de cartes « Kompass » qui est parfait : toutes les routes sont indiquées, et l’échelle est bonne. Autrement, on a aussi utilisé l’application « Kommot » (payante) qui est très pratique quand on ne connait pas les chemins : les utilisateurs prennent en photo leur trajet, ce qui permet de savoir l’état de la route !

Si vous ne souhaitez pas faire que de la route, je vous recommande vivement de prendre des pneus épais. Il n’y a pas de réseau de routes secondaires goudronnées en Italie, c’est juste de la piste. Et avec des pneus fins, l’itinéraire devient bien plus compliqué !

Chianti
Le Chianti en automne

Si jamais vous avez d’autres questions ou si vous souhaitez l’itinéraire plus détaillé, posez-les en commentaire ou contactez-moi par mail : je me ferai un plaisir de vous répondre !

Vous souhaitez créer un moment d’échanges avec vos collègues autour du voyage responsable ? Contactez-nous pour en discuter !